Go to main content
iamge nouvelles
2023-12-07 Martin Bilodeau

Elephant: l’avis de la critique à sa sortie

Soumis au ballotage de Mediafilm pour l’attribution potentielle de la cote (1) - Chef d’oeuvre, ce remarquable Elephant signé Gus Van Sant raconte une journée dans la vie d’une école secondaire de l'Oregon qui deviendra le théâtre d’une effroyable tuerie.

Est-ce un chef-d’œuvre, ou pas? Elephant répond-il aux critères lui permettant de passer de la cote (2) à la cote (1)? Vingt ans après sa sortie, Mediafilm pose la question à son comité de rédaction, ainsi que, via sa page Facebook, à ses lecteurs et lectrices.

Pour alimenter la discussion, voici quelques extraits d’articles (positifs et moins positifs) parus au moment ou dans la foulée de la première mondiale d’Elephant au Festival de Cannes - où le jury présidé par Patrice Chéreau, dans un geste inattendu, lui a attribué à la fois le Prix de la mise en scène et la Palme d’or.

Elephant est un chef-d’œuvre d’artisanat cinématographique moderne et modeste: malgré l’envergure immense de son art, l’importance de ce qu’il nous dit et l’énormité de son nom, il a aussi la vivacité, la grâce fraîche et la légèreté des plus fines porcelaines. Olivier Séguret, Libération

Exercice d’art et essai qui tente d’accorder les techniques improvisées de Gerry à un théâtre plus réaliste, cette modeste production de HBO Films parvient au cours de sa première heure à produire quelques effets poétiques, mais bascule, durant la fusillade au dernier acte, dans la grossièreté et l’exploitation. Todd McCarthy, Variety

On sent l’influence de Kubrick dans la réalisation de Van Sant, qui a fait de Elephant son 2001 l’Odyssée de l'espace adolescent. Chantal Guy, La Presse

Pas une seule fois Elephant ne s'appesantit. Au contraire, tel le plus fluide des films, il patine sur ses 81 minutes avec une aisance hypnotique, glissant par des travellings fluides dans les couloirs d'un lycée américain et au cœur d'un malaise américain - un massacre à la Columbine, la violence sanglante que l'on trouve au bout d'une arme à feu. Rick Groen, The Globe and Mail

Ce qui est provocant, troublant et même discutable dans Elephant, c'est que Van Sant ait pu façonner ce qui se résume à une babiole d'art visuel à partir d’un événement aussi traumatisant. Dimitri Katadotis, Hour (Montréal)

À la fin du film, on comprend d'où provient une grande partie de sa puissance et de sa clarté. En faisant de la caméra un observateur, il offre une perspective qu’on retrouve plus couramment dans films d'horreur, un choix qui mixe l'ordinaire et le terrifiant. Elvis Mitchell, The New York Times

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.