Go to main content
5

Megalopolis

É.-U. 2024. Science-fiction de Francis Ford Coppola avec Adam Driver, Nathalie Emmanuel, Giancarlo Esposito. Dans New Rome, un architecte utopiste s'éprend de la fille de son adversaire, le conservateur maire de la Cité. Fable futuriste traitée à la manière des tragédies romaines de Shakespeare. Scénario riche mais éparpillé. Réalisation grandiose et inventive. Interprétation chargée.

5

Megalopolis (Megalopolis)

É.-U. 2024. Science-fiction de Francis Ford Coppola avec Adam Driver, Nathalie Emmanuel, Giancarlo Esposito.

Dans New Rome, un architecte utopiste s'éprend de la fille de son adversaire, le conservateur maire de la Cité. Fable futuriste traitée à la manière des tragédies romaines de Shakespeare. Scénario riche mais éparpillé. Réalisation grandiose et inventive. Interprétation chargée.

Architecte charismatique et inventeur d'un matériau de construction révolutionnaire, César Catilina imagine pour la cité de New Rome un avenir placé sous le signe de l'utopie. Son oncle, l'influent banquier Crassus, le soutient dans tous ses projets. César fait toutefois de l'ombre à Franklyn Cicéron, le puissant maire de New Rome, grand partisan du béton et du statu quo au profit des mieux nantis. Sur le plan politique, le magistrat s'est trouvé un allié populiste et sans scrupules en la personne de Clodio Pulcher, l'extravagant cousin de l'architecte. La situation s'envenime quand la fille du maire, la très mondaine Julia, tombe amoureuse de César et que la maîtresse de ce dernier, l'ambitieuse journaliste Wow Platinum, épouse par dépit le vieillissant Crassus.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Fable futuriste, mais traitée à la manière des tragédies romaines de Shakespeare et campée dans un New York à la fois familier et transfiguré, MEGALOPOLIS porte bien son nom: le projet de longue haleine d'un cinéaste mégalomane et démiurge, qui nous avait déjà donné l'hallucinant et démesuré APOCALYPSE NOW. À 85 ans, Francis Ford Coppola signe une réalisation d'une énergie et d'une invention visuelle impressionnantes, qui cependant tourne à vide.Et même si le film foisonne d'images allégoriques - et politiques - stimulantes, l'action s'éparpille et croule sous les références littéraires, philosophiques ou historiques. Enfin, en raison du ton satirique, proche de la farce, l'interprétation d'ensemble apparaît chargée. Reste que, malgré ses lourdeurs et son message d'espoir peu subtil en l'avenir de l'humanité, cette (ultime?) offrande d'un maître du septième art reste un fascinant objet de curiosité. (Texte rédigé en mai 2024, dans le cadre du Festival de Cannes)

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3