Go to main content
2

Les Filles d'Olfa

Fr. 2023. Docufiction de Kaouther Ben Hania avec Olfa Hamrouni, Eya Chikhaoui, Tayssir Chikhaoui. Pour comprendre pourquoi deux soeurs tunisiennes ont joint Daech, des actrices les incarnent au fil du processus qui les a menées là, aux côtés de leur vraie mère et de leurs cadettes. Portrait captivant et sans fard d'une mère surprotectrice. Dispositif formel novateur, employé avec brio. Participantes et comédiennes extrêmement attachantes. (sortie en salle: 19 janvier 2024)

Général
2

Les Filles d'Olfa (Les Filles d'Olfa)

Général Général

Fr. 2023. Docufiction de Kaouther Ben Hania avec Olfa Hamrouni, Eya Chikhaoui, Tayssir Chikhaoui.

Pour comprendre pourquoi deux soeurs tunisiennes ont joint Daech, des actrices les incarnent au fil du processus qui les a menées là, aux côtés de leur vraie mère et de leurs cadettes. Portrait captivant et sans fard d'une mère surprotectrice. Dispositif formel novateur, employé avec brio. Participantes et comédiennes extrêmement attachantes. (sortie en salle: 19 janvier 2024)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Émue par l'histoire de la Tunisienne Olfa Hamrouni, qui n'a pu empêcher ses deux filles aînées, Ghofran et Rahma, de joindre les rangs de Daech, la cinéaste Kaouther Ben Hania lui propose de chercher avec elle les motifs qui ont mené à leur décision, en reconstituant la dynamique familiale à l'époque de leur départ. Olfa accepte alors de jouer son propre rôle, tout comme ses filles cadettes, Eya et Tayssir, qui vivent toujours avec elle. Deux actrices professionnelles incarnent les deux soeurs absentes, tandis que tous les personnages masculins sont tenus par un seul comédien. Et dans les scènes plus éprouvantes ou violentes, Olfa est incarnée par Hend Sabri, célèbre actrice égypto-tunisienne.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Au carrefour de la thérapie familiale - et sociale - et du jeu entre le cinéma et la vie, cette docufiction de Kaouther Ben Hania (L'HOMME QUI A VENDU SA PEAU) est en tout point admirable. Employé avec brio, le novateur dispositif formel et narratif imaginé par la cinéaste sert admirablement le propos. Il se dégage en effet de ces reconstitutions et de ces témoignages à la caméra un portrait lucide, sans fard, d'une mère surprotectrice. Laquelle, après avoir réussi à s'affranchir des hommes - avec courage et une volonté peu commune - a reproduit inconsciemment ce qu'elle reprochait à sa propre mère, résolument traditionaliste. Ben Hania illustre par ailleurs ce qui distingue le processus de radicalisation des jeunes filles en Tunisie de celui des autres pays arabes, précisant la nature exacte du piège dans lequel sont tombées les deux filles d'Olfa. Tant les participantes que les comédiennes, toutes les femmes qui apparaissent dans le film sont extrêmement attachantes. (Texte rédigé en mai 2023, dans le cadre du Festival de Cannes)

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3