Go to main content
iamge nouvelles
2024-04-22 Frédéric Bouchard

La crise écologique au cinéma : 7 films pour le Jour de la Terre

En ce Jour de la Terre, célébré pour la première fois en 1970, Mediafilm propose de revisiter 7 films qui ont abordé, chacun à leur manière, des enjeux liés à la crise écologique.

Historiquement, les films portant sur des questions environnementales ont permis de conscientiser le public aux gestes à poser pour protéger la planète. Documentaires d’auteur et superproductions hollywoodiennes ont instruit, aiguillé et provoqué la réflexion sur le rapport de l'humain avec la nature. Militantes ou modérées, les œuvres promouvant la vitalité de notre habitat cherchent à générer l’espoir et l’engagement par l’action. Mais l’urgence liée aux changements climatiques s’incarne aussi par des images apocalyptiques, des catastrophes technologiques et des réalités dystopiques. Le sentiment d’angoisse face à un danger imminent est loin de s’être estompé…

Soylent Green (Soleil vert)

Imaginé dans un New York dystopique, ce drame d’anticipation réalisé en 1973 nous projette en 2022, alors que la Grosse Pomme baigne dans un climat de surpopulation, de pollution et d’épuisement des ressources naturelles. Un détective est nommé afin de résoudre le meurtre d’un riche homme d’affaires. Son enquête le mènera vers une vérité des plus sordides que même aucune prophétie n’aurait pu prédire. Le film est considéré comme l’un des premiers grands films écologistes du cinéma américain.

Silkwood

Dans ce drame biographique réalisé par Mike Nichols (Who’s Afraid of Virginia Woolf, The Graduate), Meryl Streep prête ses traits à Karen Silkwood, une lanceuse d’alertes décédée en 1974 dans des circonstances mystérieuses alors qu’elle tentait de révéler au grand jour des actes illégaux perpétrés dans l’usine de plutonium où elle travaillait. Le long métrage a pavé la voie aux drames judiciaires Erin Brockovich et Dark Waters qui dénoncent les pratiques toxiques de grandes entreprises.

Koyaanisqatsi

Ce documentaire expérimental juxtapose les images de paysages immaculés à des prises de vues illustrant la dépendance croissante des humains à l’égard de la technologie. Avec un titre signifiant «vie déséquilibrée» en langue hopi, ce film est le premier volet de la trilogie Qatsy de Godfrey Reggio. Il oppose la gloire de la nature à la destruction de l'homme. Bénéficiant de l’enivrante trame sonore de Philip Glass, Koyaanisqatsi se révèle comme une expérience cinématographique d’une rare intensité.

Princesse Mononoke

L’intrigue de ce film d’animation signé par Hayao Miyazaki se déroule au XVe siècle, durant l’ère Muromachi. Un jeune prince est entraîné dans une guerre entre une princesse et une petite ville pour s’approprier une forêt fantastique où se trouve un précieux minerai. Allégorie d’un changement d’époque, le film trace les contours d’un juste équilibre entre la nature et la culture. Prêchant par la nuance, il pose également les assises d’une réflexion sur l’écoféminisme.

Demain

Près de 10 ans après An Inconvenient Truth, Cyril Dion et Mélanie Laurent nous sensibilisent aux enjeux écologiques du XXIe siècle à travers une approche lumineuse et mobilisante en levant le voile sur diverses initiatives internationales qui démontrent le changement déjà opéré afin d’assurer l’avenir de l’humanité. Ce documentaire français a réalisé l’impossible : rallier un succès critique et public dans l'Hexagone.

The East

Le suspense de Zal Batmanglij pénètre dans l’univers de l’écoterrorisme à travers le récit d’une ancienne agente du FBI approchée pour infiltrer un groupuscule environnementaliste qui s’attaque aux multinationales dissimulant leurs actions criminelles. D’abord déterminée à accomplir sa mission, la jeune femme se questionnera sur ses principes et optera finalement pour un militantisme pacifique.

Brain Freeze

Délirante satire écologique, cette comédie d’horreur réalisée par Julien Knafo, se moque des membres d’une communauté montréalaise bien nantie qui se transforment en créatures cannibales après avoir consommé l’eau contaminée par un pesticide. Le film a été l’une des premières productions québécoises à instaurer des pratiques écoresponsables sur les plateaux de tournage. En fait, il a été l’un des projets pilotes du programme On tourne vert, créé en 2021 pour accompagner le milieu du cinéma et de la télévision dans sa transition écologique.

Photo : Soylent Green (Soleil vert)

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.